François Loncle | Ecole de Commerce de Lyon - Formations Bachelor et MBA à Lyon - ECL

Post Bac à Bac +8

Classique - Alternance - Elearning

08.05.29.29.27

51 ter, rue de Saint Cyr

69009 Lyon

On vous rappelle Demande de renseignements

Rentrées administratives 2021/2022 En savoir plus

François Loncle

Conférence  
avec le Secrétaire au plan François Loncle

L’Ecole de Commerce de Lyon a eu la chance de recevoir le Lundi 8 Février 2021 à 14H00 le Secrétaire au plan François Loncle.

Cette conférence s’est déroulée en présentiel sur notre campus de vaise au 51 TER rue de St Cyr 69009 Lyon.

Un homme aux multiples facettes :

  • Père de famille
  • Un homme politique au poste de secrétaire d’état au dernier plan.
  • Ancien grand journaliste reporter, et aujourd’hui

“Le commissariat au plan ; Comment ça marche et à quoi ça sert ?”

Monsieur François LONCLE.

  • Secrétaire d’état au dernier plan
  • Homme politique français
  • Actuellement Président du groupe d’amitié Burkina Faso
  • Vice-président des groupes d’amitié Serbie, Estonie, Costa Rica, Nouvelle-Zélande, Mauritanie
  • Fondateur du Groupe d’études et d’action radical socialiste
  • Il parraine Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle 2017
  • Ancien député
  • Ancien journaliste-reporter
  • Lauréat du prix de l’humour politique 2011

 

Thème et déroulement de la conférence :

“Le commissariat au plan ; Comment ça marche et à quoi ça sert ?”

1ère Partie 

Journaliste à l’origine pendant 4 ans à l’ORTF puis attaché de presse de la CFDT. M. Loncle fait son entrée dans le mouvement des radicaux de Gauche avant de devenir député.

De par son attachement pour la géographie et d’un parcours rempli de succès, il devient en 2000 le président du comité des affaires étrangères.

En 1946, après-guerre : une notion de nécessité de reconstruction et de projection vers l’avenir sur laquelle les gens peuvent compter ont été porter par 3 hommes-clés : De Gaulle, Jean Monnet (1e commissaire au plan nommé), Pierre Mendès France (Ministre de l’économie nationale jusqu’à ce qu’il quitte par divergence d’idées avec René Plevenne).

« L’ardente obligation du plan »

En parallèle, en 1951, notre invité nous a confié sur un homme qui compte beaucoup pour lui: Jacques Delors qui a rejoint le commissariat au plan au lendemain de ses études, présidé à l’époque par l’économiste Pierre Masset afin de :

  • Ausculter la société française et analyser les atouts et handicaps du pays pour établir un plan sur 20 à 30 ans.
  • Réussite de la planification française sur une étude de marché de grande ampleur.
  • Réduire l’incertitude de manière à ce que l’opinion publique soit préparée à épouser les décisions des autorités gouvernementales.

Disparu depuis près de 15 ans en 1993, le commissariat au plan revoit le jour du 3 septembre 2020 sous le commandement de François Bayrou, a la demande du président Emmanuel Macron sous une certaine contrainte celle-ci: “plus de secrétaire au plan à condition que le haut-commissaire au plan soit l’égide non pas du PM comme avant mais du président.”

« Stratégie de la volonté »

Pour être élue, la politique suit l’opinion au lieu de suivre la nécessité. Des contextes politiques où on est tentés de suivre les sondages et donc une question se pose aujourd’hui, Pourquoi le politique ne suit pas la nécessité, mais se concentre sur sa popularité et l’assurance de son élection?

 

2ème Partie

L’Afrique, un continent qui tient une grande place dans le cœur de notre invité car en tant que chargé du comité des affaires étrangères, il fit beaucoup de voyages et s’est créé des contacts qui lui ont permis de voir en L’Afrique un continent d’avenir.

« Quand un arbre tombe, on l’entend. Quand la forêt pousse, pas un seul bruit. »

Un proverbe africain, qui illustre bien le traitement médiatique de la question africaine (se contenter de donner des leçons au lieu d’exprimer un désir de travailler ensemble, de prendre en compte les ressources africaines humaines, matérielles, intellectuelles…)

Lorsque les questions africaines sont mentionnées au sein de l’UE, nombreux sont ceux qui ne veulent pas s’exprimer là-dessus. Par exemple les menaces djihadistes de Bamako, dont le président du Mali a demandé l’intervention et l’aide de l’armée française, et qui, en retour a demandé modestement de l’aide aux 27 pays membres de l’UE : qui était d’accord ? Un seul membre à part la France : la République Tchèque.

Pour que cette relation se bonifie, et pour que l’Afrique surmonte ses défis, il insiste sur son opinion de ne pas donner de leçons aux Africains :

“Choqué de la France et USA qui imposent aux pays africains la durée des mandats politiques africains (pourquoi ? de quel droit ?)”.

La France, grande donneuse de leçons, a gouverné depuis des décennies avec un septennat renouvelable à vie (Mitterrand au pouvoir pendant 14 ans et aurait pu plus encore).

L’Afrique, comme la majeure partie du monde et surtout dans le contexte de covid, se trouve en pleine mutation.

Phase de transition Pas de sécurité en Afrique sans développement, et l’inverse est tout aussi vrai. Ces deux nécessités doivent être traitées main dans la main, simultanément.

M.François LONCLE est convaincu que la France ne tournera pas son regard vers ce continent.

On ne s’en rend pas compte, mais peu nombreux sont les membres du comité des affaires étrangères et même du gouvernement, qui se soucie de cette question à l’importance majeure.

Dans le contexte post covid une aide pour l’Ukraine est prévue et a été mise en place, mais rien pour l’Afrique, alors que 0,7% du PIB sous Chirac (puis 0,3% sous Hollande, un pourcentage qui aujourd’hui ne représente pas grand-chose) étaient consacrés au développement de l’Afrique, ce qui est moindre de ce que l’Afrique envoie en matière de diaspora pour développer les différents pays.

 

En somme, pour notre invité, il est indispensable que la France reprenne de bonnes relations avec les pays d’Afrique.

Déjà que nombreux sont les membres de l’Assemblée nationale, ont des origines africaines et donc la France devrait accorder plus d’intérêt à l’Afrique.